FIAT 500 LUPIN III LE CHATEAU DE CAGLIOSTRO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FIAT 500 LUPIN III LE CHATEAU DE CAGLIOSTRO

Message  Youli le Lun 13 Oct - 15:44

Alors voila un kit que j'ai réalisé avec l'aide d'une amie que j'ai initié au maquettisme.
C'est une joueuse de jeu de rôle et au départ elle voulait juste que je l'aide à peindre une figurine. Maintenant, elle a tout le matériel et on va se lancer dans pas mal de projets.

L'année dernière, je tenais à présenter quelque chose de spécial au Salon de la Maquette. En 2006 il était encore à la Porte de Versailles et je ne pouvais pas y inscrire grand chose en vaisseau spatial Star Trek, puisque cela n'entrait dans AUCUNE catégorie ce qui est à la fois rageant et typique de ce genre de salon "classique".

Donc j'ai en stock pas mal de maquettes d'Animes, et parmi ceux là de nombreuses maquettes Gunze Sangyo de Lupin III.

J'ai choisi pour l'occasion la Fiat 500 avec Lupin poursuivi par d'étranges larbins du Comte Cagliostro.

J'ai fait la voiture, qui est en plastique, les personnages étaient en résine, et mon amie s'est chargé de faire le décor autour.

Le résultat était si appréciable qu'il a, contre toute attente, gagné une médaille de bronze cette année-là dans la catégorie véhicules civils.

Voici quelques clichés :







Le kit au milieu de quelques autres, magnifiques par ailleurs.



Le prix gagné.



Je vous en montrerai plus sur le montage et le développement de ce projet plus tard.



Maintenant que je vous ai montré le résultat fini, peut-être vais-je pouvoir revenir sur le making of de cette Fiat 500 et de tout ce qu'il y a autour.

Le sujet
Il s'agit de réaliser une scène d'un film d'animation. Et pas n'importe lequel.
Il s'agit du second long métrage d'animation de Lupin III plus connu dans nos contrées sous le nom d'Edgar de la cambriole. Ce film, Cagliostro no shiro, le Chateau de Cagliostro, est un film réalisé par Hayao Miyazaki, réalisateur japonais désormais bien connu en France (Porco Rosso, Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké et Le Voyage de Chihiro sont de grands classiques dans les DVDthèques).
Inspirés de nombreuses scènes du film, des maquettes au 1/24 étaient disponibles chez Gunze Sangyo (Mr Hobby). On trouve ainsi des véhicules comme la Fiat 500 en 4 versions différentes (au clair de Lune, en poursuite, poursuivi et scène d'adieu), la 2-CV avec la Princesse Clarisse, et même des personnages seuls. On trouve également à une échelle plus petite l'auto-gire du Comte là encore comme dans le film.
C'est une de ses maquettes que j'ai réalisé ici.

L'environnement
En 2005 je décidais de fêter mes 35 balais en participant activement au concours de maquettes du salon du même nom à Porte de Versailles, mais bien organisé comme ils le sont, mon inscription, quoi que confirmée par courrier (je recevais un document indiquant comment me rendre sur place et un laissez-passer), ne donna rien sur place. On me laissa y participer tout de même, exposant mes maquettes, mais je ne reçus pas de prix.
En fait l'idée était moins de "gagner" que de participer et d'éventuellement avoir le beau cadeau, le jour même de mon anniversaire le 1er mai, d'avoir un prix.
Mais bon, 25 ans après mon premier salon de la maquette, j'avais enfin la possibilité d'exposer mes propres projets. Ce fut une belle expérience. Je plaçais cette année là de nombreuses figurines en soft vinyl, un Piccolo Daimaoh et un Songoku Adulte au 1/6, un Helldiver et un Griffon de Patlabor au 1/35, une Priss de Bubblegum Crisis au 1/6, mais aussi des valkyries de Macross au 1/72, dont un VF-1J comparé sur un socle tournant avec un F-14 aux mêmes couleurs bleues...




Je décidais de réitérer mes efforts pour 2006. Et comme j'allais là bas avec mon amie Dany, à qui je faisais découvrir les joies du modèle réduit, je trouvais une partenaire pour un des projets que je tenais à terminer pour l'année suivante.

Les protagonistes
Nous sommes deux à avoir travaillé dessus, une amie, Dany, et moi même.
Au départ nous voulions carrément faire un long diorama figurant la poursuite du début du film, j'ai la 2-CV et la Fiat 500 avec les personnages qui vont avec, mais pas la voiture noire (semblable à une vieille Citroën mais ce n'en est pas une)... Qui plus est cela risquait de donner un diorama compliqué et surtout trop gros à transporter.
Ensuite nous nous sommes dit, "pourquoi ne pas faire la Fiat 500 sortant des buissons près de la route ?"
C'était là une bonne idée, mais encore une fois réaliser le diorama demandait trop de temps et de place, d'autant que Dany n'avait pas forcément l'expérience nécessaire pour faire la végétation facilement.
Finalement, après avoir revu le film tranquillement nous nous sommes fixés comme but de faire la scène de poursuite en ville. J'avais là encore la Fiat 500 et les figurines nécessaires, mais qui plus est faire le diorama ne demandait pas beaucoup de place.
Je m'occupais donc de la voiture et des figurines.
Dany s'occupait du diorama qu'elle réalisa de son côté. Je lui faisais un croquis une fois que nous fumes d'accord sur les détails du sol et des murs qui devaient apparaître. L'illustration livrée dans la maquette fut d'une grande aide, mais nous primes quand même quelques temps à étudier la scène image par image, prenant des notes. La rue est pavée, par exemple, mais n'a pas de trottoir, l'aspect général est celui de bâtiment moyenâgeux.
Les charges de chacun déterminées, la taille du diorama et l'échelle à respecter, nous nous mîmes au travail.

Le montage de la maquette.

La maquette de la Fiat 500 se compose du véhicule de base (il y a même des pièces en trop) et de plusieurs personnages. Là ou les autres modèles ont 2 voir 3 personnages, ici nous en avons 4 : Lupin, Jigen et deux assaillants vêtus de noir venus les éliminer. Si la voiture est un kit plastique, les personnages sont en résine, ce qui explique sans doute le prix plus élevé que la moyenne de ces kits de Gunze.
La voiture étant un kit de base, il s'agit de la version neuve, or la pauvre Fiat en a vu des vertes et des pas mûres et cette attaque ne va pas aider à la rendre plus belle. Il y a donc des parties à travailler, notamment à l'avant, et d'autres à ne pas mettre, comme les vitres.






Je commençais par le capot qui non seulement avait vu des jours meilleurs mais visiblement se devait de ne plus être soudé à la carrosserie. Je découpais à la scie Tamiya (photodécoupe) cette partie là et optait, choix malheureux, de la passer sous une flamme. Le capot n'a évidemment pas pris la forme qu'il fallait et je dû retravailler sa surface, non pas de nouveau avec de la chaleur mais avec du mastique. Je n'ai jamais été doué avec ces machins là et je perdais un temps précieux à travailler cette forme et à attendre que cela sèche. Heureusement c'est pas le travail qui manquait à côté.




Malgré cette expérience malheureuse je faisais alors plus attention avec la flamme pour les pare-chocs déjà chromés. et là j'obtenais exactement ce que je voulais. Par contre les autres parties chromées, comme les rétroviseurs ou les phares n'ont pas été utilisé tel quel. Là encore les dégats sur la voiture sont importants. Ces éléments sont soit abîmés, soit détruits.
J'ai donc utilisé la mini perceuse pour creuser le phare gauche, y plaçait différents éléments de récupération dont deux petits fils électriques ce qui ajoute encore au réalisme et correspond à l'état de la voiture dans le film.

Pour le reste de la carrosserie, j'utilisais ma mini-perceuse pour poncer ici et là les bosses que j'estimais nécessaires.








Le chassis est assez simple. On trouve deux axes en métal pour placer les roues. Les jantes ont été peinte en chrome à la bombe avant d'être salies avec un jus noir et marron (rouille). Sur une base de peinture noire du chassis je rajoutais en dry brush de l'argent et du marron (rouille) de feutre Gundam ce qui donne un très beau résultat.




Pour les "petits détails qui tuent" j'ai pris un peu de temps pour faire deux choses principalement, en plus des dégats sur la carrosserie et le phare pété :
- J'ai découpé l'espace prévu comme étant le cendrier sur la tableau de bord. J'y ai placé un petit bout de métal (photo-découpe) plié en trois pour correspondre au "tiroir" et j'ai ensuite fabriqué les mégots. Pour cela rien de plus simple : ramollir près d'une flamme un morceau de grappe de maquette. Obtenir un diamètre proche de celle d'une cigarette à cette échelle. COuper de petits morceaux et les plier quand cela est possible. J'ai peint en blanc à la bombe avant de les placer dans le cendrier. Là j'ai ajouté un peu de beige pour les philtres, et de noir pour les parties de tabac brulés, et remis une goutte de cyano pour m'assurer que cela collerait bien. SI vous regardez bien le film, ce tas de mégots immonde est vraiment visible dans la voiture...
- toutes les vitres sont cassées, donc j'ai ajouté les bris de verre un peu partout. Ce fut assez simple... Une feuille plastique transparente, repris sur un emballage quelconque, et un bon cutter pour rayer puis découpé des pans entier de verre brisé. Je n'ai eu ensuite qu'à placer les morceaux collés à l'intérieur de la carrosserie, partie caché une fois monté, et même laisser quelques morceaux de verre sur la banquette arrière. Le résultat est impeccable et la photo parle d'elle même je crois.




Le lieu d'exposition
Nous avons donc livré la maquette en matinée, avec mes autres projets.
L'accueil était moins froid que l'année précédente et mon inscription effective mais effectuer la mise en place des objets n'avait rien d'évident. D'une part il fallait trouver les petites étiquettes imprimées en double (pour le jury), les prendre avec soit et ensuite se diriger auprès des différentes vitrines par catégories.
Dans le tas j'ai placé un VF-11 C de Macross Seven en version Macross Plus, au 1/144 (Bandai) en version Fighter et Battloid, un VF-1J au 1/72 Fighter Hasegawa, un VF-1J rouge Battloid 1/72 IMAI (réédition Bandai)...




Je devais terminer un SV-51 de Macross Zero, maquette Hasegawa au 1/72, mais je n'ai jamais pu terminer le modèle, la peinture n'avait bizarrement pas séché correctement (plusieurs jours avant que cela sèche et encore, cela est resté brillant alors que c'était une peinture matt... Jamais vu ça).

Au final, le dernier jour, le 17 avril, en nous baladant une nouvelle fois du côté des vitrines d'exposition, quelle ne fut pas notre surprise d'apercevoir la mention "Médaille d'Argent" près de la Fiat 500.
La remise des prix était à elle seule toute une aventure, nous avions fait pas mal d'emplettes, et j'avais les bras couverts de gros sacs, quand j'arrivais au moment ou mon nom était cité lors de la cérémonie.
Une belle surprise, beaucoup d'excitation, et une belle médaille que je partage avec bonheur avec Dany.
La FIAT 500 aura été exposée plusieurs fois, à Japan Expo en juillet suivant, à PJC et Paris Manga en novembre.
Et je compte la montrer autant que faire se peut dans les conventions et festivals auxquels je participe.

Voila, maintenant vous savez tout.

Youli

Messages : 1852
Date d'inscription : 28/04/2008
Age : 46
Localisation : Entre Saint Maurice et Porte de Vincennes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum